CHRONIQUE N°1 - Mai 2002
Association L'Eau à la Bouche
www.loalabouche.org

________________________________________________________________________________

Éthique de l'assiette,
Éthique de vie,
Et s'il n'y avait qu'un pas…


Qu'il est agréable de bien manger ! S'alimenter est un acte indispensable à la vie, au maintien des fonctions vitales, mais c'est également un plaisir quotidien. Cet acte banal cache pourtant derrière cette apparente simplicité une réalité beaucoup plus complexe. Je voudrais évoquer ici l'intimité de l'acte alimentaire. Car en effet, à part l'acte d'amour, quoi de plus intime que de mettre des aliments dans son corps, de les transformer, jusqu'à ce qu'en définitive, ils fassent partie intégrante de nous-mêmes, de notre sang, de nos tissus, des cellules qui nous composent. Nous sommes ce que nous mangeons, au sens propre !

Dans le contexte actuel où le contact avec la terre ne nous est plus familier, ce rapport si intime à l'alimentation tend à s'éloigner de notre conscience. Les produits que nous consommons ne nous apparaissent plus comme la somme du travail d'un agriculteur ou d'un éleveur, d'un terroir, d'un savoir-faire. Ils représentent davantage une marque, un nombre de calories, un assemblage de vitamines, voire un concept, une abstraction.

Cet élan vers une marchandisation de notre alimentation nous a conduit à devenir des consommateurs inconscients de ce que représente véritablement un produit alimentaire ; plus qu'une voiture, un ordinateur ou un forfait de téléphone portable… un produit vivant.
Et pourtant, derrière la simplicité du mot produit, il existe une chaîne complexe de personnes et de savoir-faire, il existe un terroir et une matière première vivante. Prenons l'exemple simple d'un paquet de riz et regardons ce qui le compose : un terroir (eau, sol, conditions climatiques), le paysan, ses conditions de travail, les semences, les pesticides, les engrais, le prix d'achat du riz, les conditions de transport, les conditions de raffinage de la céréale, le conditionnement et le coût de la commercialisation de notre paquet de riz (publicité, communication, fabrication) qui représente 10 fois le prix payé au paysan pour son riz, la distribution, le prix de vente du paquet en grande surface, la marge du distributeur qui représente elle aussi 10 fois le prix payé au paysan pour son riz. Ouf ! Indigeste n'est-ce pas ?
Et pourtant, c'est ça un " produit ".

La globalisation dont nous sommes aujourd'hui les sujets exige de nous une vigilance et une conscience en matière d'alimentation car nous sommes garants, au travers de cet acte anodin qu'est l'alimentation, du respect de notre environnement, des conditions de travail des agriculteurs et des éleveurs, des conditions d'élevage des plantes et des animaux qui se retrouvent sur nos étalages, dans nos assiettes, et finalement, dans notre corps.

L'acte alimentaire, intime et quotidien, doit retrouver la place qui est la sienne. Non plus une place secondaire mais une place essentielle ! Définissons les priorités qui sont les nôtres aujourd'hui, hiérarchisons-les en conscience. Mon appartement, ma carrière, mon besoin de reconnaissance, ma voiture, Le Bigdil, mon téléphone portable, mes vacances à Marrakech, les dernières saucisses apéritifs knacky-ball, ma chaîne Hi-Fi, Loft-Story, mon travail, mon patron,…

?!? Pourquoi est-ce que je fais ce travail ?!?

Pour pouvoir m'offrir tout ce que j'ai cité avant ? Et la place de l'Homme dans tout ça ? Mes enfants, LES enfants, ma santé, LEUR santé, mon éducation, LEUR éducation… tiens au fait, suis-je disponible pour leur en donner une ? Ou bien est-ce la société, une entreprise, qui vont s'en charger ? et mon accès à la culture, et LEUR accès à la culture, à une information indépendante, et comment, et si, et pourquoi ?

…Et pourquoi pas autre chose !

Nous sommes en droit de nous poser toutes ces questions. Plus que cela, c'est un devoir, car les réponses, que nous possédons tous en général si nous nous accordons 5 minutes de pause dans notre vie trépidante, nous démontrent finalement que nos actes sont bien souvent en désaccord avec ce que nous pensons vraiment, avec les valeurs que nous portons !

Alors pourquoi en sommes-nous arrivés là ?
Peut-être parce que nous avons choisi, consommateurs que nous sommes, d'acheter toujours plus de produits et le moins cher possible. Peut-être parce que nous faisons une confiance aveugle aux industriels de l'agro-alimentaire qui s'assurent de façon économiquement bienveillante que nous mangions convenablement, que nos enfants mangent convenablement.

Comment peut-on oublier qu'il y a un an à peine dans nos supermarchés, il y avait des morceaux de viande, issus de vache ayant mangé de la vache. Qu'aujourd'hui, le poulet d'élevage intensif que l'on achète au rayon boucherie de notre supermarché favori contient des antibiotiques puisqu'il est élevé avec des compléments alimentaires qui en contiennent afin d'accélérer sa croissance. Antibiotiques qui vont bien sûr passer dans mon propre corps une fois qu'on les aura ingérés ! Car jusqu'à preuve du contraire, la disparition spontanée de matière n'existe pas. Quoique Garcimore à sa grande époque…

Mon portefeuille est-il si important, que moi, en tant que consommateur, je fasse tellement pression pour tout payer moins cher ! Au risque de faire produire de la " merde ", pour pouvoir acheter de la " merde " pas chère, marquetée, quand même, pour que je n'ai pas l'impression que ça en soit, pour enfin la digérer et la transformer en… MOI !!! Non, non et non ! Mon portefeuille n'est pas si important que cela.

La chance que nous avons de vivre en démocratie, d'avoir le choix, est aussi une responsabilité. La liberté n'est jamais gratuite. User de sa liberté, c'est choisir ! Et quel autre choix aujourd'hui, face à ces dérives incohérentes, que de payer le JUSTE prix pour notre alimentation. Nous nous devons d'être acteurs de notre consommation, car c'est au travers de nos actes quotidiens que nous façonnons le monde qui nous entoure, du plus proche au plus éloigné.
Et puis, le bien-être que l'on éprouve à agir d'après ses convictions profondes est bien plus nourrissant qu'un hamburger. Non ?

La mondialisation est une chance, une nécessité, un progrès, tant que tout le monde en profite équitablement. L'innocent petit paquet de riz que j'achète ici, a des conséquences là-bas, en Chine, sur la vie d'une famille d'agriculteurs. N'ignorons pas ces conséquences ! Car comment peut-on en tant qu'être humain, cautionner des conditions de vie et de travail misérables et dégradantes, que ce soit pour nous-mêmes, pour nos congénères ou pour l'environnement, bien commun de l'humanité.
Le véritable confort, durable, indestructible, inviolable, réside dans la conscience de n'être pas nuisible.
Nous sommes garants de la Terre que nous souhaiterions laisser en héritage à nos enfants et à plus court terme sur laquelle nous aimerions finir nos jours.

Fred GANA

 

Association L'Eau à la Bouche - Chronique Mai 2002
www.loalabouche.org
N'hésitez pas à nous faire connaître en imprimant cette chronique et en la distribuant à vos proches.